Le bon équilibre est celui qui vous grandit !

09 juillet 2019 à 11:58

0

Le bon équilibre est celui qui vous grandit…

Début 2016 j’envoyais ma carte de voeux avec ce petit équilibriste, audacieux en haut du chiffre 6. Tout un symbole pour moi, car je pratique aussi les équilibres sur les mains depuis maintenant plus de 45 ans. Et cette position inversée qui m’a permis de voir le monde différemment, je l’ai apprise très jeune, dans un cirque amateur, le Cadets’Circus, qui réunit depuis 80 ans les bonnes volontés et acrobates du village où j’habitais pour créer un nouveau spectacle tous les ans.

1

Bien des années après, davantage tourné vers mes préoccupations professionnelles, j’ai gardé en moi cette force en pratiquant des équilibres en toutes circonstances, une gymnastique que j’entretiens notamment les dimanches matin, tout au long du parcours sportif dans les allées du Parc de Sceaux.

En quoi cela me grandit ?

Quels parallèles avec ce que vivent les clients que j’accompagne ?

Vouloir dépasser ses limites, se reconnecter avec des ressources personnelles cachées, oser se mettre en situation de risque évalué pour franchir des nouvelles étapes dans son épanouissement, ressentir l’exaltation de la réussite après l’effort et renforcer sa confiance en soi. Tels sont les objectifs de la plupart des clients que j’accompagne en coaching individuel.

Le processus suivi pour arriver aux résultats attendus est comparable à celui à mettre en place pour réaliser un bel équilibre sur les mains.2

En effet, pour réussir un équilibre, la première chose est de le vouloir vraiment, de focaliser toute son attention sur la figure finale souhaitée, car il faudra faire des efforts qui ne seront consentis que par la motivation personnelle placée dans réalisation de cette position pour le moins inhabituelle.

Pour le coaché, il est indispensable que cela parte d’une volonté personnelle, mûrement réfléchie, avec un objectif clair, un challenge, un défi dont il ne mesure peut-être pas encore tous les efforts nécessaires, mais qu’il est prêt à relever pour en sortir vainqueur par rapport à l’enjeu et au but recherché.

Dans les deux cas, il faut commencer par apprendre à mieux se connaître.

  • Pour l’équilibriste : Quelle est ma forme physique ? Ai-je assez de force dans les bras pour supporter mon poids ? Quelle est ma réaction la tête en bas ? Suis-je conscient de tous les signaux que me renvoient les différentes parties de mon corps et qui contribuent à l’évaluation de mon équilibre ? Ai-je une bonne visualisation de mon corps dans l’espace ? Est-ce que j’arrive à coordonner mes mouvements de façon fluide et harmonieuse ?6
  • Pour le coaché : Quel est mon type de comportement ? Quels messages j’envoie vers les autres lorsque je communique ? Quelles sont mes zones de confort dans mes relations avec autrui ? Quels sont mes freins et zones d’effort ? Qu’est-ce qui me motive réellement et me met en action ? Quelles sont mes capacités dont j’ai conscience, mais que je n’ose pas mettre en oeuvre ? Y en a-t-il dont je n’ai pas conscience ? Quel est mon rapport au changement ? Quelle risques suis-je prêt à prendre ?

Cette connaissance de soi permet de comprendre le point de départ, tout en identifiant les éléments spécifiques à développer et à exploiter pour atteindre ses objectifs.

C’est alors que commence l’entraînement.

  • Pour l’équilibriste : un peu de musculation, quelques étirements, une prise de conscience de ses différentes articulations , depuis les phalanges des doigts de la main à la pointe des pieds en passant par les poignets, les coudes , les épaules, la colonne vertébrale, le bassin, les genoux, les chevilles. Une reconnexion avec ses sens pour évaluer la position et l’état de chacune de ses articulations. Des premiers essais avec une parade, appuyé sur un mur ou avec un entraîneur qui lui tient les pieds et l’aide à rectifier sa position.
  • Pour le coaché : ce sont les échanges avec son coach pendant les séances qui vont favoriser la prise de conscience de ses forces, ses freins, ses croyances limitantes mais aussi celles inspirantes. Le coach va inviter son client à se mettre en situation d’effort dans l’environnement protégé et confidentiel de la séance, et pourra lui renvoyer avec bienveillance ses observations et ses ressentis au cours de cet apprentissage.5

Ensuite, le passage au monde réel et vers plus d’autonomie est une étape indispensable.

  • Pour l’équilibriste : ne plus avoir de mur pour appuyer ses pieds, ni la présence d’un entraîneur pour rectifier sa position nécessite d’avoir suffisamment confiance en soi pour oser faire l’exercice seul.
  • Pour le coaché : à présent, fort des étapes franchies avec succès lors des séances avec son coach, il se sent prêt à mettre en application dans son environnement réel et va oser agir autrement.

Bien sûr, des solutions de secours auront été préalablement étudiées. Pivoter autour d’un bras pour éviter la chute en arrière pour l’équilibriste. Anticipation des réactions possibles des interlocuteurs, face au nouveau comportement affiché par le coaché.

Cette recherche d’autonomie passe aussi par la progression.

  • L’équilibriste ne fera pas tout de suite son équilibre sur le bord d’un balcon au quatrième étage d’un immeuble. Un espace plat au sol, dégagé de tout obstacle conviendra aux premiers essais. Puis sur des briques emplilées et progressivement sur des supports plus hauts et plus hétéroclites.
  • Le coaché n’ira pas non plus, par exemple, tester sa nouvelle approche d’écoute active sur son collègue professionnel avec lequel il a le plus de mal à communiquer. Peut-être commencera-t-il par s’intéresser aux préoccupations de sa boulangère, en allant chercher son pain : ce sera déjà un premier pas énorme pour tester sa capacité d’écoute, avec un enjeu relativement limité. Une fois plus à l’aise, il pourra alors pratiquer sur ses collègues de travail.

C’est pourquoi le retour régulier en salle d’entraînement pour l’équilibriste et en séance pour le coaché est fondamental – un bilan s’impose :

  • « Comment cela s’est passé ? »
  • « Qu’avez-vous ressenti ? »
  • « Qu’est-ce qui vous paraît important de développer maintenant ? »

C’est grâce à ce type de débriefing et de retour d’expérience que la conscience des effets de ses efforts est mesurée et que la maîtrise progressive des ses nouvelles capacités est confirmée. Le curseur dans la prise de risque calculé peut alors être déplacé pour tendre vers l’objectif fixé.

4

Enfin viendra le jour de l’autonomie complète.

  • L’équilibriste pourra alors choisir son spot, placer correctement ses mains, donner la juste impulsion, déployer et verrouiller successivement ses articulations pour réaliser un équilibre parfait, les pointes de pieds accrochée au ciel, toute la terre au bout des bras, avec la sensation interne de plénitude et de maîtrise de son corps.
  • Pour le coaché, chaque pas de progression lui aura permis de se rapprocher de la mise en application sur son entourage professionnel. Désormais en confiance il pourra alors aborder des situations où l’enjeu est le plus fort pour lui, avec la surprise de retours parfois au-delà de ses espérances, et la sensation interne de plénitude et de maîtrise de son comportement au service de son épanouissement personnel.

3

Tous les dimanches matin, en équilibre sur les bancs du Parc de Sceaux, et sur les marches du château, je me reconnecte avec mon corps, je remets mes idées en place, je cultive ma curiosité de voir le monde sous une autre perspective, j’observe avec amusement les joggeurs et les promeneurs qui pour moi « marchent au plafond ».

Cerise sur le gâteau : je savoure les compliments et bravo qui viennent spontanément des enfants, et plus timidement d’adultes étonnés par cette rencontre inattendue.

Tout changement demande de passer d’un équilibre à un autre, alors autant en profiter pour chercher ce qui pourrait vous faire grandir.

Et vous, quel est votre prochain défi ?

Patrick Haie – Coach Professionnel certifié PCC (Professional Certified Coach) par ICF et formateur au sein de l’école Activision Coaching Institute.

Intéressé(e) par nos formations au coaching ?

–> Consultez la liste des formations de la rentrée 2019 par ICI
–> Prenez dès maintenant rendez-vous avec Sophie Remy,  notre responsable des Programmes pour en savoir + !