La supervision : quelles applications concrètes ? (Volet 2)

11 mars 2020 à 10:44

La supervision est non seulement un élément clé de la professionnalisation des coachs mais aussi un mode d’intervention en soi, créateur de valeur auprès de différents publics, notamment les professionnels des RH, les managers, les avocats mais aussi les entrepreneurs.

Catherine Tanneau, Coach MCC et dirigeante d’Activision Coaching Institute vous en dit plus en plusieurs volets sur cet incontournable levier de développement.

Extrait de la newsletter 11 Activision Coaching Institute

 

Supervision-Activision-Coaching
Supervision Activision Coaching Institute

 

VOLET 2 : « QUELLES APPLICATIONS CONCRÈTES DE LA SUPERVISION » 

Pour les coachs, l’existence d’un référentiel facilite le travail de professionnalisation et ce travail réflexif individuel et/ou collectif fait partie intégrante des règles déontologiques du métier. L’outil de travail du coach étant le coach lui-même, il est bien évident qu’un espace neutre de prise de recul fait partie d’une « hygiène minimum » et garantit à ses clients une neutralité et disponibilité protectrice et créatrice de valeur.

La supervision est nécessaire et repose sur trois plans indissociables, tels que modélisés par Martine Volle dans sa « boussole de la supervision » [1]:

  1. Le geste professionnel au regard d’un référentiel métier ; l’excellence visée étant déterminée par un processus de certification rigoureux établi au regard des compétences du coach et du code d’éthique proposé par les principales fédérations comme l’ICF[2].
  2. L’analyse de la pratique et des situations comme dans d’autre professions
  3. L’identité et l’éthique professionnelle et personnelle, la relation à soi-même, aux autres et à son métier, le positionnement dans la fonction, les engagements associatifs, la responsabilité sociale & sociétale, etc

Les trois principales modalités de supervision [3] classiquement utilisées par les professionnels du coaching pour leur propre pratique réflexive s’appliquent parfaitement aux managers et aux RH en entreprise.

Pour répondre aux défis de transformation, le manager (défini au sens large comme tout acteur influent dans une organisation quelle qu’elle soit[4]) a un impérieux besoin de supervision individuelle et/ou collective, vue comme un espaces de réflexion et de respiration. Sous la houlette d’un superviseur-coach, il/elle pourra ainsi élaborer une pensée porteuse de sens sur le positionnement managérial, l’identité et le rôle de leader dans une organisation en mouvement, l’éthique de l’action…. A l’heure même où se questionne la notion de manager, où on leur demande d’être agiles, collaboratifs, « enabler », conquérants, respectueux et innovants, les leaders actuels sont en effet pris entre des polarités contradictoires et paradoxales qu’ils ne voient pas toujours comment concilier ! Sous les feux de structures hiérarchiques et matricielles, ils vivent des injonctions paradoxales de de compétition et de coopération :

  • Générer toujours plus de croissance, plus de marges, sortir plus vite de nouveaux produits, de parts de marchés, de croissance

ET

  • Créer des situations de sens motivantes pour leurs collaborateurs, proposer un environnement qualitatif et respectueux, travailler en vue du long terme, faire vivre le mode projet en transversal, casser les silos, installer un mode de travail responsable et socialement durable…

 

La supervision managériale semble pleinement faire sens aujourd’hui dans notre monde « VUCA » et être susceptible de contribuer durablement à la réussite des organisations de demain, en complément du coaching, de la formation, du co-développement qu’elle intègre souvent. C’est en effet un moyen de créer des espaces de respiration, de créativité et de responsabilité complémentaires et bénéfiques. « Un espace de supervision collective pour les managers est potentiellement un véritable laboratoire de développement de compétences individuelles et collectives indispensables pour mener les transformations complexes des organisations[5]. »

 

VOLET 3 : « Quelles modalités de supervision des coachs sont les plus pertinentes pour les managers en entreprise ? » à retrouver très bientôt sur notre site !

 

La supervision vous intéresse ? 

Renseignez-vous dès maintenant sur nos groupes programmés en 2020 en contactant notre équipe pédagogique via notre formulaire de contact ou directement par téléphone au 01 56 53 52 02

 

[1] La boussole du superviseur développée par Martine Volle, Présidente de PSF et Fondatrice d’IDSUP, école de formation à la Supervision 
[2] ICF : International Coach Federation, première fédération mondale avec près de 40 000 coachs dans plus de 140 pays
[3] La boussole du superviseur développée par Martine Volle, Présidente de PSF et Fondatrice d’IDSUP, école de formation à la Supervision 
[4] Manager : tout acteur d’une organisation avec une délégation de pouvoir sur un périmètre de responsabilité, encadrant ou non d’autres personnes ; cela englobe aussi bien les entrepreneurs et les dirigeants quelque soit la taille de leur entreprise, les cadres intermédiaires que les managers de proximité mais aussi les professionnels de la fonction centrales comme les RH, tous les acteurs en charge de la conduite du changement
[5] Extrait du mémoire de supervision IDSUP- Catherine Tanneau- 2016