5 CLÉS POUR DÉJOUER LES SITUATIONS COMPLEXES

18 septembre 2019 à 0:47

« Sur le terrain »

Capture d’écran 2019-09-18 à 00.34.42

5 clés pour déjouer les situations complexes avec Catherine Tanneau, associée Activision et administratrice International Coach Federation Monde, pour le magazine Agrodistribution #305

Nicolas, 45 ans, est à la fois TC et responsable de la gamme phytos auprès des autres TC de l’entreprise. Après l’interdiction de plusieurs familles de produits, il se sent désarmé pour faire face aux cessations d’activité de plusieurs maraîchers et à la démotivation des autres TC. Il s’en veut, refuse de consacrer du temps au projet bio et songe à démissionner. Comment peut-il retrouver une motivation pour avancer ?
Catherine Tanneau, coach et dirigeante du cabinet Variations International, livre cinq clés pour aider Nicolas à mieux mobilier son « intelligence situationnelle ».

1. Prendre conscience de ses propres biais.

Les personnes avec un poste à responsabilité et qui animent une équipe doivent tous les jours faire face à des situations complexes. Pour gagner en réactivité, elles ont tendance à examiner les informations dont elles disposent et à regarder la situation au travers des filtres de l’expérience, de croyances ou de leurs propres objectifs personnels. Autant d’éléments qui rétrécissent et appauvrissent leur intelligence dans leur manière d’aborder les situations. Le problème est ainsi souvent mal posé, conduisant ainsi à des solutions pas entièrement adaptées. Dans le cas de Nicolas, sa vision de la situation l’amène à une impasse de « double contrainte » où chacun des choix qu’il envisage est perdant pour lui-même : soit il reste sans motivation au risque de saboter le projet bio, soit il démissionne en sachant qu’il retrouvera les mêmes difficultés ailleurs.

2. Élargir son point de vue.

Nicolas doit prendre de la hauteur et se rendre compte qu’il se retrouve au coeur de contradictions importantes et qui sont liées à la mutation profonde de son secteur. personne ne peut lui reprocher d’avoir perdu une bataille qu’il ne pouvait pas gagner, et il peut ainsi se décharger de sa culpabilité. Ensuite il doit élargir son point de vue sur la situation en confrontant son opinion à des points de vue réellement divergents du sien. Pour décode la situation, il doit également identifier les acteurs clés du problèmes (la direction, ses collègues, les clients, etc.), comprendre leurs interactions et leurs enjeux, quitte à les solliciter. On réussit plus facilement avec les autres que sans eux, ou contre eux.

3. Attention aux jugements de valeur.

Nicolas estime le projet bio sans lendemain. Il analyse ainsi la situation sur un jugement de valeur. Il devrait plutôt regarder les faits et demander un échange sur ce sujet avec la direction. Cette dernière doit aussi prendre conscience de la situation et accompagner la mutation en recréant du sens et de la fierté dans le travail des équipes et intégrer le projet bio de façon compatible avec la culture d’entreprise. Certaines défendant une vision productive et technique de l’agriculture bio. Nicolas ne doit pas non plus tout attendre de sa direction. Il peut prendre les devants en matière de formation, et trouver les bons interlocuteurs et partenaires pour ce nouveau projet.

4. Accueillir le changement.

Après avoir reconsidéré la situation dans sa complexité, il faut accepter que dans tout changement, il y a des pertes et donc des deuils à effectuer. Ici, Nicolas a perdu une partie de sa gamme, des clients et du sens donné à son travail. Au départ, il n’envisageait que des solutions perdantes pour lui-même. aujourd’hui il a reconsidéré le projet de sa direction. Sa nouvelle vision lui a permis de sortir de sa solitude, de mobiliser son environnement professionnel, de faire de nouvelles rencontres, de réinventer sa raison d’être sur le marché et de s’engager sur le projet bio avec une vraie stratégie et un réseau. Cette ouverture lui a donné d’autres pistes pour accompagner ses clients non bio vers des démarches de filières à zéro résidu.

5. Apprendre à diriger…

…en fonction d’en ensemble d’injonctions contradictoires demande de l’entraînement et un changement d’état d’esprit assez fort. Mais c’est une des clés pour adopter un management qui réconcilie des dimensions complémentaires, voire opposées, comme l’engagement social, le développement durable et la performance économique, le court et le long termes.

Propos recueillis par Alexis Dufumier pour Agrodistribution

 

Pour aller plus loin :

Pour en savoir + sur nos formations en coaching professionnel certifiées, rdv par ICI

Ou contactez directement notre équipe pédagogique en remplissant notre formulaire de contact : http://www.activision-coaching.com/fr/contact/ ou directement par téléphone au 01 56 53 52 02

 

Photo by Sarah Pflug from Burst