Comprendre le marché du coaching : Situation actuelle et perspectives d’évolution

22 novembre 2023à23:17

Replay Webinaire Exclusif : Décryptage des tendances du marché du Coaching avec nos formateurs-coachs MCC et PCC, Catherine Tanneau, Paul Delahaie, Denise Sin Blima et Sophie Remy.

Le 06 novembre 2023, nos formateurs-coachs ont partagé leurs visions éclairantes sur l’avenir et les perspectives du coaching professionnel à travers un webinaire instructif. Ce dernier vous permettra d’explorer les clés du succès dans le coaching professionnel et d’anticiper les évolutions du marché.

Vous trouverez ci-dessous la version écrite du webinaire.


Comprendre le marché du coaching : Situation actuelle et perspectives d’évolution

Notre thème d’aujourd’hui est un panorama du marché du COACHING avec quelques tendances et les perspectives pour le futur, même si dans un environnement aussi changeant que celui dans lequel nous vivons, ça révèle de la boule de cristal… Du côté des sources, celles-ci méritent quelques précisions : la source principale de données reste les différentes études d’ICF. Par chance, elles sont de plus en plus précises avec de plus en plus de réponses. 

La majeure partie des chiffres cités sont issus des deux enquêtes sur le marché du Coaching (les « coaching Surveys – 2019 et 2023 », cette dernière comporte plus de 14 000 réponses dans 150 pays. Une autre source fiable et riche est l’étude sur la notoriété du coaching : la « Global Awearness Consumer Survey », effectuée auprès de 30 700 personnes dans le monde cette fois. 

Pour la France, nous avons quelques indications dans de récents articles du SIMACS (le syndicat interprofessionnel qui représente les métiers de l’accompagnement). La France étant le 2e marché en Europe après l’Angleterre, on peut donc extrapoler que les données et tendances indiquées pour l’Europe s’appliquent aussi vraisemblablement à la France. 

Dans ce webinaire, nous aborderons les thèmes suivants : 

  1. Nous observerons le panorama du marché du coaching qui montre un domaine en pleine effervescence avec une croissance impressionnante, tant en termes de nombre de coachs que d’activité et de revenus enregistrés. Cependant, nous soulignerons aussi des disparités régionales indéniables.  
  2. Nous allons ensuite explorer la notoriété du coaching et sa montée en puissance, avec notamment un accent sur les certifications et les labels. Cependant, certaines zones d’incertitude demeurent. Avons-nous bien saisi l’étendue de la popularité du métier de coach ? Qu’est-ce qui justifie réellement l’investissement en coaching ? 
  3. Ensuite, nous nous questionnerons sur la maturité du marché du coaching. Ce secteur est-il déjà bien établi ou se trouve-t-il encore en phase de développement ? Une interrogation cruciale pour déterminer ses défis et opportunités à venir. Et en quoi cette maturité est un levier de développement pour notre métier ?
  4. En fin de webinar, nous aborderons les menaces et opportunités du marché du coaching. Nous discuterons du retour sur investissement, de la reconnaissance du métier, des nouvelles technologies appliquées au coaching et des nouvelles formes de coaching comme le coaching collectif. C’est le programme passionnant que nous vous proposons pour ce webinar. Alors, commençons immédiatement notre exploration du marché du coaching.

Un marché en croissance forte 

Le marché du coaching a connu une croissance impressionnante, avec une hausse de plus de 50% depuis 2019. C’est exceptionnel dans l’actuel paysage économique. Qu’en est-il de la cause de cette croissance ? Cette question mérite d’être posée. 

Comme vous vous en souvenez sûrement, 2019 a été marquée par l’arrivée du COVID, causant bien des bouleversements. 

Cependant, au sein de notre profession, l’épidémie a également généré un effet bénéfique inattendu. Elle a provoqué un essor du coaching à distance, en mettant en lumière de nouveaux besoins d’accompagnement qui étaient auparavant masqués. 

Notamment, le télétravail et l’isolement ont créé un besoin d’accompagnement, pour les personnes se trouvant soudainement isolées. Beaucoup ont découvert qu’avoir à disposition une ressource telle qu’un coach avec qui échanger était primordial.

L’industrie du coaching a connu une croissance remarquable, notamment due à une augmentation du nombre de coachs professionnels. Pendant une période de ralentissement économique, nombreuses sont les personnes qui ont choisi de se former à ce métier. Selon les dernières estimations du Cimax, le syndicat interprofessionnel des métiers de l’accompagnement et du coaching, on compte aujourd’hui environ 15 000 coachs en France. Cette croissance n’est pas négligeable avec une augmentation annuelle de plus de 10%, tendance qui devrait se maintenir dans les années à venir.

Une répartition géographique très inégale

Néanmoins, il faut noter que la répartition des coachs n’est pas uniforme à travers le monde. Il existe de véritables disparités géographiques dans l’univers du coaching. Les pays industrialisés, comme l’Amérique du Nord et l’Europe, notamment de l’Ouest, sont en tête avec des taux de croissance proches de 50%. Ces régions accordent une grande importance aux ressources humaines et cherchent constamment à attirer les talents. 

Par contre, l’Asie, malgré un taux de croissance impressionnant (aux alentours de 80% et même 100% dans certains pays), reste encore en retard. Le marché du coaching reste encore très jeune, notamment en Asie où il ne compte que 8 600 coachs. C’est nettement moins par rapport à l’Europe avec ses 30 800 professionnels du coaching et à l’Amérique du Nord qui en compte 34 200. Cela démontre qu’il y a encore un potentiel de croissance important dans ce domaine, en particulier en Asie. 

Un taux d’activité en croissance

Si la majorité des coachs n’exercent pas ce métier à temps plein, en revanche, il est encourageant de voir que le nombre de coachs professionnels actifs est en hausse. C’est un facteur crucial pour l’évolution et la renommée de ce métier. Il est préférable, pour l’image de la profession, d’avoir des coachs pleinement engagés plutôt qu’occasionnels. Ceux qui se décrivent comme coachs professionnels dans les études citées, ont en général une activité très soutenue, représentant environ 90% de leur temps. Cela démontre un réel engagement dans ce métier et une demande pour leur expertise.

Ce taux d’activité a connu une augmentation notable depuis 2019, en raison d’une demande croissante. L’acceptation du coaching est aujourd’hui largement admise dans la plupart des marchés, particulièrement en Amérique du Nord et en Europe. Toutefois, certains marchés, en Asie, et en Afrique ont encore besoin de renforcer l’acceptation du coaching comme levier de développement. 

Dans ces géographies, les coachs sont loin d’être aussi actifs, et doivent compléter leurs revenus par d’autres activités comme le conseil, la formation ou des interventions dans le domaine du recrutement ou des ressources humaines. 

Les caractéristiques du marché des coachs

La majorité des coachs sont de la génération X (soit 48%), suivie par les baby-boomers à 40%. Les milléniaux ne représentent que 10% et la génération Z est presque inexistante parmi les coachs. Cela soulève un défi majeur pour l’avenir : le besoin criant de renouvellement générationnel ! Il est essentiel que le métier de coach attire aussi des personnes plus jeunes. Certes, l’expérience a beaucoup de valeur, mais un regard neuf peut apporter d’importantes innovations. De jeunes coachs talentueux apporteront un nouveau souffle à la profession ou pourront intégrer des compétences de coach dans leurs différents métiers. 

De plus, il est intéressant de noter que le coaching demeure un métier principalement féminin. Cette tendance n’est pas unique au coaching, mais se retrouve aussi dans les professions des ressources humaines. Même si la présence masculine est en progression parmi les coachs, cette progression reste modeste. 

La répartition des rôles des coachs 

Sur le marché du coaching, plus d’un tiers des intervenants sont des coachs externes. En parallèle, environ 15 à 16% sont des coachs internes. La particularité de ces derniers ? Ils consacrent plus de la moitié de leur temps à cette activité. En somme, ils mettent leur expertise à disposition de leur organisation 1 à 2 jours par semaine, en accord avec les besoins de celle-ci. C’est une tendance qui se dégage principalement en Europe et en Amérique du Nord.

L’émergence de nouveaux segments 

Le marché du coaching s’est récemment développé pour inclure un nouveau segment intéressant : les managers et les leaders. Ce groupe s’engage dans le coaching en dehors de leurs rôles habituels. Parmi eux, nous avons des professionnels de divers domaines, notamment les ressources humaines, la gestion du changement et la gestion des talents. De plus, les chefs d’équipe et les leaders de projet commencent également à se former au coaching. Ils représentent désormais 15% de la population de coaches. 

Ces leaders et managers déclarent qu’ils passent environ 30% de leur temps en mode « coach ». Cela ne signifie pas qu’ils n’adoptent pas une posture de coaching dans d’autres aspects de leur travail, mais ils consacrent officiellement un tiers de leur temps à leur casquette de coach. Ceci est particulièrement important lorsqu’ils interagissent avec leurs collaborateurs ou avec les équipes qu’ils dirigent.

Émergence de nouveaux segments 

Observons les tendances émergentes et les segments en pleine croissance. Depuis 2015, le « business coaching », dédié au développement, au leadership ou au management, a fait une entrée remarquée sur le marché. Le coaching de dirigeants est un autre segment émergent, bien qu’il demeure encore relativement modeste. Par ailleurs, le coaching d’équipe et d’organisation, ou coaching collectif, gagne également en popularité. 

Le coaching d’entrepreneurs ou de PME : un secteur à développer 

Le coaching d’entrepreneurs et de PME présente un certain potentiel non exploité. Beaucoup de chefs de petites entreprises ont encore des réserves envers le coaching, se demandant s’il est réellement utile et rentable pour leur activité, ou si c’est une dépense luxueuse réservée aux grandes entreprises fortunées. Même si les besoins en coaching sont réels, cette réticence représente une véritable barrière à l’entrée. J’ai pas mal d’entrepreneurs dans mes clients. Patrons de PME ou d’ETI familiales… Ils sont conscients d’avoir besoin de coaching, mais ils s’interrogent : « le coaching, est-ce que c’est pour moi ? C’est pour les grands groupes qui ont beaucoup d’argent… » 

Le « business coaching »

Du point de vue des coachs, le business coaching est un domaine en développement rapide. Il a connu une croissance significative depuis les années 2010 et continue de progresser régulièrement aujourd’hui.  Le « business coaching » est aussi plus rémunérateur, avec des tarifs plus élevés en général. On estime qu’un coaching de dirigeants, c’est, en moyenne, environ 350€ de l’heure, mais cela peut s’étaler jusqu’à 750 ou 1000 euros de l’heure pour des situations à forts enjeux ou des dirigeants du CAC 40. Par contre un coaching individuel (coaching de vie ou de développement personnel) payé par la personne se situe entre 120 et 150€ de l’heure voire moins.

Le « business coaching »concerne le plus souvent les coachs les plus expérimentés et il est  intéressant d’observer que ce segment attire le plus souvent des hommes. Si moins d’1/3 des coachs sont des hommes, parmi ceux-ci, les 3/4 font du business coaching. Aujourd’hui, un grand nombre des hommes qui se forment comme coachs le font en 2e partie de carrière, c’est-à-dire en ayant eu auparavant une première expérience professionnelle en entreprise ce qui les amène à choisir naturellement ce segment…  

Aujourd’hui en Europe et aux USA, 64% des femmes se déclarent aussi des business coach, ce qui est un chiffre en forte progression.

L’aspect financier du coaching 

Le sujet des revenus issus de l’activité de coaching est un thème majeur pour la viabilité du métier. En effet, comme pour toutes les autres professions, le métier de coach doit générer un revenu suffisant pour en vivre. 

Depuis 2019, cette situation a grandement évolué. On peut dire que la période post-pandémique a mis en exergue le coaching en tant que profession viable, et ce, même si les revenus de certaines régions du monde ne sont pas encore entièrement suffisants. Malgré une augmentation apparente du revenu moyen par coach et du nombre de coachs, 53% d’entre eux gagnent moins de 28 000€ annuellement pour leur activité de coaching. 

La polyvalence des coachs 

Il est également intéressant de remarquer que 75% des coachs déclarent avoir au moins une autre activité. Cela peut être du conseil, de la formation, du recrutement ou même de la thérapie. Cela soulève la question de l’avenir de ce métier et de sa capacité à apporter des revenus suffisants pour en faire une activité à part entière.

Aujourd’hui, il est encore très fortement complémentaire d’autres activités notamment dans certaines zones géographiques avec un clivage Amérique du Nord et Europe, qui sont au-dessus ou très proches de la moyenne, et les autres continents. On observe de fortes disparités entre les autres zones géographiques : en particulier l’Amérique latine, le Moyen-Orient et l’Afrique. L’Asie est encore très en dessous de la moyenne mondiale. Il est essentiel de souligner que la maturité des marchés du coaching a conduit à une structure de revenus très distincte. De surcroît, on constate des disparités de richesse notables entre diverses zones géographiques. 

II. Notoriété de la profession et acquisition des clients  

La hausse de la notoriété et de la demande : un atout clé

Nous allons maintenant nous pencher sur un autre aspect essentiel du métier de coach : sa notoriété. Comment se passe l’acquisition des clients ? Et qui finance finalement le coaching ? Pour y répondre, nous nous appuierons principalement sur une étude de l’ICF datant de 2022,  la Global Consumer Awarness Survey, qui a recueilli l’avis de 30 000 répondants à travers le monde.

Les chiffres de cette dernière étude sont assez surprenants par rapport à la précédente qui remontait à 5 ans auparavant. Aujourd’hui, la notoriété a nettement progressé : les 2/3 des répondants connaissent le coaching. Même s’ils ne l’ont pas pratiqué, ils savent ce que c’est ! La notoriété a nettement progressé de 50% des personnes interrogées en 2010 à plus de 70% en 2022. Cette nette progression de la notoriété de la profession se manifeste elle aussi avec de fortes disparités géographiques. Ainsi en Europe, la notoriété moyenne est de 73% et en Asie à peine de 39%. Mais plus de 60% des répondants en Asie ne savent pas du tout ce qu’est le coaching contre 27% en Europe. Pour le restant des répondants qui savent, il y a néanmoins beaucoup de confusion.

Le coaching, comme tout métier, dépend principalement de la demande des clients. Par conséquent, une hausse de cette demande, estimée à 33%, renforce significativement la croissance du secteur. On constate une augmentation encore plus notable chez les jeunes générations. Un constat pour le moins intéressant à analyser. 

L’attrait des jeunes générations pour le coaching  

Les jeunes générations, fraîchement arrivées ou déjà inscrites sur le marché du travail depuis quelques années, s’attendent à être coachées. Elles perçoivent le coaching comme un moyen d’améliorer leur communication, leur style de leadership et d’avancer dans leur carrière, tout comme elles s’attendent à bénéficier de formations professionnelles. Il s’agit donc d’une demande de plus en plus forte qui continuera probablement de nourrir le marché du coaching dans les années à venir. 

Le rôle moteur des managers et leaders dans le coaching 

 Un autre facteur qui influence la demande concerne les managers et leaders qui développent leurs compétences en coaching. Non seulement leur nombre a augmenté, mais ils se positionnent désormais comme prescripteurs de coaching. Contrairement à une idée reçue, leur formation en coaching n’en fait pas des concurrents internes. Bien au contraire, l’expérience leur permet de comprendre l’intérêt du coaching pour eux-mêmes, leurs équipes et leurs collaborateurs. Cette prise de conscience alimente la demande et consolide ainsi la dynamique du marché du coaching. D’ailleurs, des différences significatives apparaissent en fonction des zones géographiques.

Quand on pose la question de savoir si vous envisagez de vous engager dans une relation de coaching ou d’y impliquer votre entourage dans les prochains mois, la notoriété du coaching se dévoile. En moyenne, 72% des participants répondent positivement. Cette réponse démontre le même niveau d’engagement et de curiosité que nous observons dans le domaine de la notoriété. 

Cependant, dans des régions comme l’Asie où la notoriété du coaching est faible, ces chiffres peuvent varier. En fait, c’est difficile d’envisager de s’engager dans un processus peu connu. Même à l’échelle mondiale, environ 30% de la population reste indéfinie et mérite qu’on lui explique et démontre les avantages du coaching. Il reste donc un grand défi de sensibilisation à relever dans notre profession. 

Les freins majeurs à l’adoption du coaching 

L’un des plus grands défis de notre métier est de surmonter les obstacles. 

  • Le premier et l’un des plus importants obstacles est l’incertitude : « Je ne sais pas vraiment ce que c’est, je ne sais pas vraiment ce que ça peut m’apporter. » 
  • Le deuxième obstacle majeur est le coût : « Le coaching est trop cher pour moi, même si je comprends ce que c’est, c’est hors de ma portée. » 

Face à ces obstacles, notre profession doit s’efforcer de valoriser le retour sur investissement du coaching et de démontrer dans quels cas il peut être bénéfique. 

Le rôle des managers et leaders dans l’adoption du coaching collectif  

Le troisième facteur de croissance de notre profession est le coaching d’équipes et d’organisations. Les managers et les dirigeants qui utilisent des compétences de coaching en sont des promoteurs actifs. Ils prescrivent non seulement le coaching individuel, mais aussi le coaching collectif. 

De plus, les organisations qui ont commencé à instaurer une culture du coaching – avec du coaching interne, du coaching externe et des managers formés au coaching – représentent un autre moteur de croissance clé dans notre profession.

Observez les cultures de feedback, d’empathie, et d’écoute, elles se sont révélées deux fois plus performantes que les autres, selon une étude de Human Capital Institute. Cette étude est en cours d’actualisation, mais les chiffres sont déjà flagrants. Surtout, le coaching collectif, bien qu’étant encore une niche, connaît une augmentation de 65% et continue d’évoluer. 

L’impact et la satisfaction du coaching 

Abordons le sujet délicat de l’évaluation de l’impact et de la satisfaction du coaching. Selon les études, environ 86% des personnes qui ont bénéficié d’un accompagnement de coaching se déclarent satisfaites. Ces personnes enregistrées ont amélioré leur communication, confiance en soi, équilibre entre vie professionnelle et personnelle, bien-être et qualité de vie. Elles ont également optimisé leurs performances individuelles et collectives, et ont développé leurs opportunités de carrière. Pour ce qui est des transitions vers de nouveaux postes, le coaching s’avère particulièrement bénéfique dans les grandes structures où ce processus est couramment intégré. 

La nécessité de certification en coaching   

En analysant les intérêts pour la notoriété, les impacts et le public du coaching, on découvre que l’importance de la certification est particulièrement notée. Parmi ceux qui ont expérimenté le coaching, 40% jugent la certification importante et pour 45% d’entre eux, celle-ci est très importante. Même parmi ceux prêts à tenter l’expérience du coaching, la certification reste un critère notable, bien qu’ils puissent être incertains de ce qu’un coach certifié peut spécifiquement apporter. 

Qui finance le coaching ?  

Il y a une dizaine d’années, 60% des coachings étaient financés par le coaché lui-même, souvent pour leur développement personnel. Aujourd’hui, cette dynamique s’est renversée. Le coaching est désormais financé à 60% par un tiers, généralement l’employeur ou l’entreprise de l’individu coaché. En effet, une distinction s’est établie entre le coaching individuel financé personnellement et celui financé par une entreprise, qu’il soit individuel ou collectif. De plus, un clivage marqué existe entre les jeunes coachs et ceux plus expérimentés et certifiés, ayant souvent une longue expérience, y compris en entreprise. Il y a donc un travail à faire pour attirer les jeunes dans ce secteur. 

L’importance de la certification pour les jeunes générations  

La certification semble être un critère clé pour les Milléniaux. En effet, 49% d’entre eux accordent de l’importance à la certification. Ce chiffre est de 47% pour la génération X et 43% pour les boomers. Il est donc important de travailler sur l’information et la formation des jeunes générations, qu’ils soient des futurs pratiquants du métier de coach ou des futurs clients du coaching.  

Il y a vingt ans, le coaching commençait à prendre de l’ampleur aux États-Unis, suivi de près par l’Europe. À cette époque, la notoriété du coaching était faible et le concept souvent confondu avec le mentorat ou la formation. Le coaching était perçu davantage comme un outil de développement personnel que professionnel. 

Aujourd’hui encore, de nombreuses personnes s’autoproclament coachs sans avoir suivi de formation adéquate. Cette réalité est d’autant plus présente sur les marchés émergents où la distinction entre une formation de coaching qualifiante et professionnelle est floue, ce qui nuit à la profession. Il en va de même pour le retour sur investissement, peu clair pour une partie des clients potentiels, qui peut les dissuader de faire appel à un coach.

L’autorégulation du marché 

Un autre problème réside dans l’autorégulation du marché. Les grandes associations comme l’ICF ou la MCC ne sont pas encore suffisamment présentes pour encadrer le marché. Avec des marchés de plus en plus matures, le coaching est fréquemment sollicité pour booster les carrières et développer des compétences. Il est même attendu par les nouvelles générations au début de leur carrière. C’est ainsi que la culture du coaching est née, et que les entreprises lui allouent désormais des budgets dédiés, en interne comme en externe, en formant leurs managers et dirigeants aux outils et postures du coach. 

Même en France, marché mature par excellence, le coaching reste entouré de zones d’ombre pour certains, surtout ceux qui sont moins habitués à cette pratique. De façon surprenante, on retrouve cette même situation dans les marchés émergents, où l’on constate pourtant un investissement conséquent dans le coaching comme levier de performance managériale. 

III. Défis et opportunités pour le futur 

Premièrement, il est crucial de promouvoir et de démontrer la valeur du coaching, tant sur les marchés matures qu’émergents. Deuxièmement, la mise en place de standards professionnels de qualité, d’une éthique et d’une déontologie adéquates, ainsi que d’une autorégulation de la profession, s’avèrent essentielles. 

Ces challenges sont déterminants pour renforcer la crédibilité et la pérennité de la fonction de coach. 

Une tendance qu’on voit se développer et qui est déjà bien installée, est le développement du coaching en organisation, c’est-à-dire le coaching comme un des leviers pour accompagner les transformations de plus en plus fréquentes et pour développer des équipes et des collectifs performants, en cohésion, mobilisés, engagés.

Le coaching peut aussi contribuer aux notions de QVCT, c’est-à-dire de qualité de vie et de conditions de travail,  et c’est là un axe qui prend vraiment beaucoup d’importance. Non pas dans un sens psychologique du terme, mais vraiment dans un sens systémique, c’est-à-dire le counting comme un outil systémique pour créer des organisations moins anxiogènes et plus propices à une forme de bien-être, en tout cas dans le travail et les conditions de travail.

Une autre tendance est ce qu’on a appelé l’expansion du territoire du coaching. C’est-à-dire que finalement, on s’aperçoit que le Coaching n’est pas lié au secteur, ni à la géographie, ni à la langue, ni à la culture. C’est un métier transverse qui peut contribuer à beaucoup de choses avec un rôle plus large que simplement celui qu’on peut voir en organisation, un rôle social et sociétal… 

Le rôle sociétal du coach

Mais le coach a un rôle sociétal sans doute à jouer et et peut-être de plus en plus dans l’univers dans lequel nous sommes. 

Pour faciliter l’inclusion et la diversité et contribuer au progrès social, voire à la transition climatique, je cite toujours les chiffres de la de la Fondation Icf qui a partagé toute une série d’initiatives de coaching pro Bono. A touché plus de 12 000 000 de personnes dans les 5 dernières années en proposant des programmes de Coaching, donc mis en œuvre ensuite par les coachs sur les territoires, que ça soit pour la Croix Rouge, pour d’autres organisations. 

Alors nous, à notre petite échelle, d’activision, c’est ce qu’on essaie de faire avec le choix de l’école ou fedora, ou d’autres institutions en proposant des coaching probonos à travers les stages que font nos étudiants. Vous en savez quelque chose ? Je vois qu’il y a beaucoup d’alumni dans la salle.

Ou pour des personnes qui ont envie de pratiquer en étant ensuite dans leur métier en utilisant leurs compétences de coach mais en étant pas coach professionnel à temps plein et qui ont envie de continuer à pratiquer et d’avoir dans cette pratique une utilité, un impact social. Donc je pense que là il y a tellement de besoins qu’on a vraiment un immense territoire avec un potentiel impact énorme. 

Et puis le dernier sujet sur lequel je vais illustrer un peu, c’est :

Est-ce que le Coaching va être augmenté ou pas par les nouvelles technologies ?

L’intelligence artificielle, voilà ce qui nous attend demain du côté de la technologie. Alors je suis sûre que ça va susciter des discussions, des réactions. 

Menaces ou opportunités ? Voilà donc, J’ai laissé volontairement en anglais you the Technology Or it will use you. Donc utilisons la technologie sinon elle va nous utiliser. Je crois que dans certains cas, il y a un vrai risque qu’on soit utilisé, ou en tout cas qu’on devienne tellement dépendant de la technologie. Qu’on soit plus capable de trouver son chemin sans GPS et que si on a tout d’un coup plus d’électricité ou plus de batterie, on soit complètement perdu, on sache plus lire une carte, alors faisons en sorte que ça ne nous arrive pas avec le coaching.

L’émergence de l’Intelligence Artificielle dans le coaching  

Le paysage du coaching évolue constamment avec l’avancement technologique, l’intelligence artificielle (IA) étant une de ces nouveautés. Nous avons mené une enquête approfondie sur l’interaction entre le coaching et l’IA, explorant les risques potentiels et les occasions à saisir.

Malgré les bénéfices prometteurs, l’IA n’est pas sans risques, notamment en matière d’éthique et de biais. Ces derniers peuvent parfois fausser les résultats obtenus. Il est donc essentiel de rester vigilant tout en explorant les nouvelles possibilités offertes par l’IA dans le coaching. 

Les données recueillies par l’IA peuvent nous aider à mieux comprendre l’efficacité de nos programmes de coaching. Par exemple, elles nous permettent d’accéder à des statistiques détaillées sur les sujets les plus traités, sans compromettre la confidentialité.

Les axes majeurs du futur du coaching se catégorisent en quatre niveaux que j’aime appeler « CIEOI » : Individu, Équipe, Organisation, et Institution.

Ces domaines sont des pièces maîtresses pour l’avenir du coaching. Le premier axe est l’individu avec la question du bien-être au travail. Le rôle du coach sera d’être un facilitateur et un catalyseur de changement, aidant les individus à cueillir et gérer les défis qu’ils rencontrent au quotidien. Au niveau des équipes et de l’organisation, le coaching peut favoriser le développement organisationnel et la croissance des collaborateurs. 


Pour développer votre carrière, découvrez nos formations au Coaching Professionnel

Livre

L'intelligence situationnelle

Contactez-nous

Rejoignez-nous