D comme Distance

23 juin 2020 à 9:42

Coaching-Distance

D comme Distance : Le coaching à distance pour tirer parti de la géographie 

Initialement développé pour coacher des cadres dirigeants de sociétés françaises installés à l’étranger, le coaching à distance s’est avéré très intéressant pour répondre à des problématiques de lieux éloignés et de gestion d’agendas complexes. Aujourd’hui il se développe du fait de l’accroissement des nouveaux modes de travail, de la mondialisation, de la transversalité géographique des responsabilités mais aussi plus récemment de la crise sanitaire du Covid19.

Les différentes Fédérations de coaching (ICF, EMCC, SFC) précisent à travers leur définition du métier de coach les compétences permettant l’évolution des personnes. Toutes citent l’importance du Levier Relation comme levier fondamental, la qualité de la communication coach-coaché étant un pré-requis à la réussite des missions.

  • La communication s’exerce par un ensemble de canaux qui regroupe la communication verbale exprimée par le contenu et la communication non verbale qui s’exprime dans le rythme, le ton de voix et l’ensemble des expressions comme le regard, la gestuelle, les postures et mimiques qui donnent d’autres informations (état émotionnel, connexion à l’autre) A distance, ces expressions sont moins visibles ou “entendables” et peuvent induire une perte de certains éléments de communication avec le risque d’appauvrir ce levier communication.
  • Pour certains coachés, la connexion au coach est particulièrement importante pour se sentir en confiance : j’entends par là certains coachés qui ont, plus que d’autres, besoin d’une relation face à face par leur personnalité ou parce qu’ils traversent un moment difficile et recherchent d’abord de l’empathie qui, selon leur croyance, s’exprimera mieux en face-face.
  • Paradoxalement, dans les cas de coachings prescrits à des personnes qui ne sont pas en demande, le coaching à distance peut favoriser leur stratégie d’évitement. Ce procédé va leur faciliter la tâche car il est plus facile de reporter une séance en ligne.
  • Le coaching est aussi un “temps pour soi” comme en témoignent de nombreux managers et cadres dirigeants ; se déplacer, changer de cadre, oblige certaines personnes à bloquer un vrai temps pour eux dans l’agenda, ce qui participe à les ressourcer, les aider à la prise de recul et parfois à être plus créatifs dans leurs modes de pensées : ils auront commencé par changer de lieu !

Et pourtant, on constate que le coaching à distance fonctionne efficacement dans les conditions suivantes :

  • Lorsqu’une bonne et rapide relation de confiance entre le coaché et son coach s’est instaurée dans la première rencontre.
  • Un bon matériel de connexion, téléphonique ou informatique ; certaines plateformes se développent, avec partage de contenus ; vigilance à ne pas être focalisé sur du visionnage de document qui est un mode cerveau gauche ne facilitant pas la créativité en coaching ;
  • Dans les coachings à visée opérationnelle rapide, concernant par exemple la mise en oeuvre d’actions, pour des débriefs de situations expérimentées qui sont simples à aborder et à traiter en coaching à distance.
  • Dans les accompagnements relativement structurés, s’appuyant sur des documents comme les bilans dynamiques de carrière, etc.
  • Je constate également que certains coachés ont plus de facilités à se “livrer” sans l’image et préfèrent l’intimité de la conversation téléphonique ou online.

 

Conclusion : le commanditaire doit réfléchir au besoin du coaché et vérifier après la première mise en contact coach-coaché que le principe est approuvé par le coaché et qu’une bonne relation de confiance s’est déjà instaurée, si possible en présentiel pour la 1ere séance.

L’alternance présentiel/online une fois sur deux donne de bons résultats grâce à une alternance de styles de séances. Dans l’idéal, il faut un premier rendez-vous face/face. Une réunion de tri-partite entre le commanditaire, le coach et son coaché doit également se tenir, online ou en présentiel selon le choix effectué.

 

À propos de Karine Siegler

Diplômée d’un Master de sciences économiques & gestion, Certifiée en MBTI et en PNL (3 niveaux ), et Coach PCC intervenant notamment dans la branche Grand Sud (Toulouse) d’Activion Coaching Institute, Karine Siegler comptabilise 9 années de coaching dans des cabinets réputés et plus d’une centaine de collaborations avec de nombreuses entreprises au cours de son parcours.

Elle accompagne régulièrement cadres dirigeants et formateur de coachs, tous secteurs et métiers confondus. A l’aide d’une communication confiante dans le potentiel de ses coachés, d’approches systémiques, de quelques outils, elle les accompagne vers des prises de conscience à travers l’analyse de situations réelles pour dessiner avec eux  le chemin et les actions personnalisées adaptées à leur sujet. Le tout avec la vision positive de l’avenir qui la caractérise.